Centre Ville de Prague-Lundi 8 Juin

Publié le par JCR

Lundi 8 juin 2009 :

Première nuit passée en territoire tchèque : la République Tchèque située à plus de 500 km à l’Est de la France ne pratique pourtant aucun décalage horaire avec l’Europe occidentale ; le soleil s’y lève plus d’une heure plus tôt que chez nous, vers…  4 heures 30 en cette saison ! Comme, de surcroît, les fenêtres sont sans volet et ne peuvent être occultées que par des rideaux, la lumière du jour vient nous chatouiller précocement !
Nous avons tous bien récupéré de notre voyage et sommes prêts à découvrir la capitale.

Petit déjeuner copieux avec un buffet mêlant salé (saucisse, fromage – indéfinissable, en tranches fines : ce n’est ni du comté, ni du Mamirolle, ni du Vesontio…) et sucré (confitures et miel et viennoiseries) …

Jean-Claude a la bonne idée de nous proposer de procéder au change de nos euros en couronnes tchèques. Cette démarche nous permettra de mettre à profit  cette matinée libre et de ne pas perdre de temps dans Prague. Il  prend la tête d’un groupe de candidats au change et nous dit : « Pas loin d’ici, j’ai repéré une banque. »,  et nous voilà partis pedibus  à une bonne trentaine de personnes.

C’est la découverte de l’univers automobile de RICANY :  peu de passages protégés, des voitures et des camions qui roulent plutôt vite sur une route qui traverse la ville ,…

Et c’est la découverte de l’univers linguistique : une brave dame rencontrée en chemin nous dit que nous nous sommes trompés, c’est konec, la fin, l’impasse ; ici, c’est la skola ; là, c’est la lékarna, l’officine de pharmacie, avec son enseigne à  la croix blanche sur fond vert.


A la banque, KB Komerz Bank, étonnement du personnel et des  autres clients de voir arriver une "horde"  de gaulois avec leurs euros; petite inquiétude pour nous, cette petite agence de province aura t-elle assez de couronnes pour nous tous? La petite dame au guichet qu’on nous assigne,  nous sert avec le sourire ; elle ne parle pas le français, mais un peu d’anglais et un peu d’allemand. Ca va : tout le monde est satisfait.
Miracle on n'a pas fait sauter la banque!
Retour à l'hôtel après un petit tour rapide sur la place principale au centre ville.

Nous déjeunerons tôt car le départ pour Prague est à 13H00. Comme c'est le jour de repos de notre chauffeur, Régine et Jean-Claude ont prévu un bus local en provenance de Kostelec qui viendra nous prendre à l'hôtel et nous y ramènera en fin d'après-midi.

Le  car local nous prend donc  à l’Hôtel Pratol et nous conduit à Prague en tout début début d’après-midi.

Emerveillement : on nous dépose sur un parking réservé aux bus, nous traversons à pied la Vltava, avec la vue vers la cathédrale Saint-Guy et le palais royal.



Nous arrivons par la rue de Paris -qui longe le quartier Juif- sur la place de la Vieille-Ville (Starometské), qui est le cœur historique de la capitale tchèque depuis 1 000 ans.
Devant l’hôtel de ville, la devise latine : Praga caput regni –Prague est la capitale du royaume (de Bohème). En quelques centaines de mètres nous avons déjà un aperçu de la richesse architecturale de cette ville.

    

Nous y retrouvons nos deux guides et partageons l'ensemble des participants en deux groupes, chacun ayant son propre guide.

Barbora est notre guide ; on voit successivement :

-   L’horloge astronomique, sur l’une des faces de la tour de l’hôtel de ville et ses deux cadrans, en haut, les chiffres arabes et romains, en bas, les signes du zodiaque,

-   L’intérieur de l’hôtel de ville, du sous-sol, au sommet de la tour ; le sous-sol, c’est la partie romane de Prague, que la population soumise aux fortes inondations de la Vlatva a transformée en soubassements de la ville gothique – on peut visiter les caves de l’hôtel de ville, ce que nous faisons avec une nouvelle guide attachée à l’hôtel de ville ; aux étages, les salles de réunion et les salons, avec de superbes boiseries et des plafonds peints et les armoiries des corporations d’artisans de la ville ; également, une ancienne chapelle, par laquelle nous accédons à l’arrière des mécanismes qui animent l’horloge astronomique et le défilé des 12 apôtres aux heures pleines,

-    Le sommet de la tour, avec la superbe vue certainement la plus intéressante sur les quartiers et les monuments de la vieille ville, mais aussi au-delà de la Vltava vers la cathédrale Saint-Guy et le palais royal.







-    Sur la place, le monument « Art nouveau » (1915) à la gloire de Jan Hus, considéré comme le premier des réformateurs de la religion catholique, condamné à être brûlé vif par le concile de Constance, en 1415, dont le fondement de la pensée était : « La vérité vaincra »,

-   L’église Notre-Dame de Tyn (ce qui veut dire : « entourée, enserrée » par les bâtiments), remarquable par ses deux tours inséparables du paysage pragois,

-   L’église baroque, ornée de statues et de fresques, désormais vouée au culte protestant,  Saint-Nicolas.

Puis, balade dans quelques rues piétonnes très animées, très commerçantes ; attention portée- grâce aux explications très intéressantes de Barbora - aux multiples détails (statues, inscriptions, vitrines…).

Prague dévoile déjà une partie de ses charmes multiples.  



La fin d'après-midi arrive très vite, trop vite. Doit-on suspecter nos organisateurs d'une sorte de "mise en bouche"?

Retour à l'hôtel où nous prendrons notre dîner en présence de Renata, Alick et Romy de Kostelec. Ce sont des membres du Comité de Jumelage tchèque, les premiers que Jean-Claude a rencontré lors de sa première venue.




Gaby et Patrick Jehl

Commenter cet article